Skip Navigation



Flash Player(free)

Le royaume de Grand Gaya est vivant. Les sites historiques qui donnent un aperçu sur la vie du royaume de Grand Gaya, un des pays antiques de la Corée


Gayageum

L'histoire du Gayageum

Un instrument à cordes trouvé en 1997 dans les ruines à Shinchangdong de Gwangju nous dit que des instruments à cordes existaient déjà en Corée il y a à peu près 2000 ans. Shinchangdong de Gwangju était Mahan parmi Samhan (L'époque de 3 royaumes) à l'époque et le peuple de Mahan avait une culture assez élevée grâce aux récoltes agriculturales abondantes. Seulement la moitié de cet instrument était conservée. On pense que les noblesse ou les gens encore plus haut niveau que la noblesse avaient joué de cet instrument à la maison tout seul en chantant. D'un autre part, on a trouvé en 1997 à Yimdangdong de Gyungsan, Gyungbouk l'autre instrument ressemblable à celui de Shinchangdong de Gwangju et a trouvé aussi presque la même chose à Dahori de Changwon, Gyungnam. Avec ces instrumets trouvés, on peut savoir que dans les régions de Mahan, Byunhan et Jinhan, des instruments à cordes de différents types avaient existé. Selon Yijidongijeon de Samgukji, à Byunhan et à Jinhan il y avait un instrument à cordes appelé Seul qui ressemblait un petit peu à Chouk de la Chine. Cela veut dire que Seul n'était pas Chouk mais plutôt notre propre instrument. On y pense que Gayageum inventé au sixième siècle pendant le règne du Roi Gashil de Grand Gaya était le résultat de l'unification des instruments à cordes existants dans les régions divers et le nombre des cordes avait été choisi pour les 12 dans le but de cette unification.

La composition de Gayageum

Selon les types, Gayageum a des structures différentes. Il y a Jungak gayageum avec lequel on interprète la musique classique et Sanjo gayageum avec lequel on interprète la musique folklorique. Gayageum est composé du corp, de 12 cordes et d'Anjok(un support des cordes comme le chevalet).Il y a Jwadan(partie tête de Gayageum), Hyunchim(support de la partie tête des cordes) et Dolgwae(fixation des cordes provenantes de l'arrière de Gayageum) sur la partie de la main droite et on voit sur la partie de la main gauche Boudel(une espèce de fil utilisé pour la liaison des cordes) et Hakseul(partie de liaison entre Boudel et des cordes). Pour Jungak gayageum, on appelle Yangido (comme c'est ressemble à l'oreille du mouton) le noeud fait en tenant Boudel et pour Sanjo gayageum on l'appelle Bongmi car cela est comme la queue du phénix. A l'arrière de Sanjo Gayageum, il y a des trous pour le retentissement et juste en sous de ces trous on voit Wounjok (un support du corp de Gayageum qui est ressemblable à un pont en nuage).

Les différents types de Gayageum

Gayageum

Gayageum orchestral

C'est un gayageum pour exécuter la musique royale ou la musique raffinée des érudits et on l'appelle aussi Jungak gayageum ou Bupgeum. On pense que le gayageum inventé par Woureuk doit être de ce type. Ce gayageum avait été transmis de la dynastie unifiée au Japon avec le nom de Shillageum au 9ème siècle. Ce gayageum est bon pour jouer des morceaux raffinés et lents, son timbre est très doux et il fait des vibrations prolongées. Ce gayageum se joue aujourd'hui dans les pièces de musique pour un ensemble pour les instruments à cordes et à vent comme Yeominrak et Pyungjoheosang, dans les pièces de musique pour un ensemble pour des instruments à cordes comme Chunnyeonmanse et Bohursa et dans les accompagnements musicaux pour des chants.

Sanjo Gayageum

Sanjo gayageum est un type de gayageum réformé à la fin du 19ième siècle pour jouer des morceaux rapides et une gamme large de notes. La musique du chamanisme des provinces du sud et Pansori (chant traditionnel de la Corée) étaient influencés par ce gayageum et ont fait créer le nouveau style musical appelé Sanjo. Aujourd'hui Sanjo est la musique représentative de la Corée.

Gayageum à 21 cordes

C'est le gayageum avec 21 cordes fabriqué après 1990 pour jourer dans les solos crées et dans les piéces de la musique coréenne classique pour des instruments à cordes et à vent avec une gamme large de notes. La façon principale de jouer de ce gayageum est l'untilisation de la main droite et de gratter les cordes avec les mains de deux côtés tant dis qu'avec les gayageums traditionnels, la main gauche aie été plus utilisée.

Gayageum à 25 cordes

C'est le gayageum réformé pour interpréter les mélodies de basse, de baryton et de soprano et est répandu activement depuis 1995. On a rajouté les cordes depuis le gayageum de 12 cordes pour une gamme large de notes et ce gayageum fait des vibrations bien prolongées. Actullement, beaucoup de musiciens coréens composent la musique en utilisqnt ce gayageum qui permet de jouer une ga gamme large de notes.

Gayageum à 18 cordes

C'est le gayageum réformé par Go Heunggon en 1995 sur l'ordre de l'institut national de la musique coréenne classique pour jouer des morceaux composés à la moderne. Ce gayageum peut exécuter une gamme large de notes et faire des vibrations prolongées. Actuellement cela s'utilise pour la musique crée uniquement pour l'usage de ce gayageum.

Les partitions du Gayageum

Akhakgweabum

C'es le livre musical publié en 1493 par Sunghyun qui était ministre des cultures et des éducations de la dynastide Josun. Il se constitue de 9 volumes. Il présentait la musique de l'époque comme Aak (la musique traditionnelle royale), DangAk (la musique ancienne provenante de la dynastie de Dang et de la dynastie de Song de la Chine) et HyangAk (une autre sorte de la musique traditionnelle royale existante depuis l'époque de Samgouk) et il nous avait permis de garder nos propres musiques. Il contient l'historique et la théorie de la musique, la musique interprétée pour les rites ancêstraux, les opinions sur les instruments, la formalité de la dance, les systèmes des instruments, les accesspoires accompagnés pour des dances et les uniformes officiels. L'origine et la structure de Gayageum sont bien présentées dans le volume 7.

Akji de Samgouksaki

C'est un livre historique officiel le plus ancien de la Corée publié en 1145 par KI? Boushik. Il se constitue de 28 volumes de Bonki (Goguryeo 10 Volumes, Beakje 6 volumes et Shilla et Shilla unifié 12 volumes), de 9 volumes de Ji, de 3 volumes de Phyo et de 10 Volumes de Yeoljeon. Akji qui est sur la musique se trouve dans le volume 32. Il présente l'histoire musicale et des instruments de Shilla, Goguryeo et de Beakje et aussi l'historique, la transmission et des airs de Gayageum.
Print Top